#Submersion de Diadji Diop – exposition art contemporain

Du samedi 15 octobre au 5 novembre 2022, Espace d'art contemporain le Mikado

Submersion retrace l’engagement de Diadji Diop dans l’espace public ces vingt dernières années.

Un rorqual à taille réelle, d’un rouge éclatant, émerge au cœur du quartier des Teppes ! Au terme d’appels à projets artistiques destinés à repenser ses espaces, le Mikado a choisi l’artiste Diadji Diop pour réaliser une sculpture monumentale sur le toit de son Espace d’art contemporain.

En marge de cette œuvre, Submersion, découvrez une exposition constituée d’archives inédites sur la démarche de Diadji Diop dans l’espace public. Des jardins de l’Elysée à la collection du Musée national de l’histoire de l’immigration (MNHI) des dizaines de ses nageurs ont surgi à différents endroits du monde. L’artiste propose aujourd’hui à Annecy un alter ego animal, d’un rouge toujours éclatant, symbole organique des vaisseaux, des muscles, du sang qui relie toutes les espèces. La présence de ce rorqual partiellement immergé, surgissant de l’espace d’art contemporain renvoie à la fragile cohabitation des espèces dans un contexte d’urgence climatique

En Résonance avec l’édition 2022 de la Biennale d’art contemporain de Lyon.

AUTOUR DE L’EXPOSITION :
Inauguration : samedi 15 octobre 2022 à 15h, en présence de l’artiste.
Les Matinales : tous les samedis, pendant la durée de l’exposition, à 10h30, visite commentée. Gratuit.
L’Arty Hour : vendredi 14 octobre 2022 à 18h, visite commentée. Gratuit, sur inscription.
Les Méridiennes : vendredi 21 octobre 2022 à 12h30, visite commentée. Gratuit, sur inscription.
Présentation : jeudi 3 novembre 2022 à 18h,  mini-conférence et échanges autour du thème de l’art dans l’espace public. Gratuit, sur inscription.

Diadji Diop est né à Dakar, au Sénégal en 1973. Il vit et travaille à Paris. Son travail est traversé par les questions d’identité, d’exil et de violence. Privilégiant les formes réalistes, il questionne les rapports humains, en révèle les intériorités douloureuses sans jamais tomber dans le pathos, avec humour, force et parfois dérision. Son œuvre est un appel au dialogue, au partage, par-delà la couleur de la peau, les frontières ou les commerces de la haine.